Installation de l'AmigaOS 3.1.4
1988 Le 1.3 a été mis à jour violemment sur mes disquettes originales Workbench 1.2 et Extras 1.2 par mon revendeur favori de l'époque (Janal Grenoble, sur les quais...) donc gratuitement.
1991 Le 2.04, je n'avais que la ROM, les disquettes étaient en vrac, d'origine inconnue, comme tombées du ciel. Il me semble que je n'avais payé que 50 francs de l'époque...
1994 Le 2.1, je n'avais que les disquettes, la ROM 2.04 s'en accommode.
1996 Le 3.1, la belle boite toute complète, avec super Denise, je ne sais plus le prix mais je ne pense pas m'être ruiné.
Il a fallu attendre 22 longues années pour avoir une mise à jour, que je débourse la somme astronomique de 29.95€, pour obtenir une archive .zip
Microsoft a son 365, nous on a notre 3.1.4

Hyperion
AmigaOS 3.1.4

L'archive
L'archive OS314_A500_A600_A2000.zip de 4Mo contient:
un répertoire Documentation (que de toutes manières personne ne lit)
un répertoire ROMs, avec deux sous répertoires emulation_or_maprom et to_burn
puis des fichiers .adf correspondant aux disquettes
Workbench3_1_4.adf
Extras3_1_4.adf
Fonts.adf
Locale.adf
Storage3_1_4.adf
Install3_1_4.adf
Puis 3 autres
ModulesA500_3.1.4.adf
ModulesA600_3.1.4.adf
ModulesA2000_3.1.4.adf

C'est merveilleux, on va copier tout ce beau monde dans un répertoire disks\AmigaOS314 de winuae, histoire de ne pas les mélanger avec les autres.

Commençons par la ROM
copier le fichier emulation_or_maprom\kick.a500.46.143 avec les ROMs de Winuae
renommer-le en kick314.rom
Prendre une configuration de A2000 dans Winuae et changer le fichier ROM.

Ouate dide you expecte ?
Heu What did you expect ?
la boing ball ne tourne pas, seule la disquette est animée, comme depuis la 2.04, avec le fond violet
On met la disquette Install pour passer à autre chose

Et on clique sur install en français... il me réclame la disquette Locale, alors je lui donne la disquette Locale3_1_4.adf.
Puis je me mets en mode expert, sans journal, parce que je ne suis pas à ma première installation, je veux surtout faire cohabiter 1.2/1.3/2.04/2.1/3.1/3.1 68020+ Picasso96/3.1.4 sur la même partition de 8Go.

Je sélectionne toutes les langues, je ne prends que les imprimantes HP et Postscript, tous les claviers...
Il me réclame la disquette Workbench, je lui donne la disquette Workbench3_1_4.adf.
Il me réclame la disquette Locale, je lui donne la disquette Locale3_1_4.adf.
Il me réclame la disquette Extras, je lui donne la disquette Extras3_1_4.adf.
Il me réclame la disquette Fonts, je lui donne la disquette Fonts.adf.
C'est merveilleux !!! on passe Fonts !!! (sur le 3.1 d'origine cela plantait car la partition dépasse les 2Go fatidiques)
Il me réclame la disquette Storage, je lui donne la disquette Storage3_1_4.adf.

Bon il me demande de rebooter, mais je sais qu'il ne va pas démarrer... correctement
Au passage, le menu accessible en appuyant sur les deux boutons de la souris au démarrage, n'a pas changé d'un pixel...

Donc retour en 3.1 pour éditer le fichier de commandes multiboot qui gère tout ce beau monde.
Ce fichier permet de sélectionner un emplacement sur le disque en fonction de la version de la bibliothèque système exec.library et éventuellement du processeur (la commande CPU n'existe pas pour les versions 1.x, elle sert pour différencier les installations avec Picasso96/uaegfx qui a besoin au minimum d'un 68020)
Ce fichier se trouve dans le paquet anaiis_boot, mais il est aussi facile à comprendre en regardant les écrans qui suivent.
Si vous voulez que l'écran reste noir pendant le démarrage, il suffira d'enlever les lignes comportant la commande echo.
Taper avec ed, quel pied... (celui du 3.1.4 ressemble plus à vi qu'à l'ed d'origine, qui s'affichait dans une vraie fenêtre (le nouveau ed s'affiche dans la console CLI courante (et moi j'aime pas (m'en fiche j'utilise ced))))

On édite une nouvelle ligne

On édite un nouveau test de version...

Taper ESC s a ou sélectionner le menu Sauver.
Taper ESC q ou sélectionner le menu Quitter.
Pour les curieux, voici la fin du fichier script multiboot
Le principe est simple, on change l'assignation SYS: dans un emplacement dédié, on change ensuite quelques assignations indispensables, et on execute la s:startup-sequence

c'est dans la boite, on reboote avec la rom 3.1.4


Ne soyez pas déçus par les couleurs, c'est normal, ce sont celles du 1.3, qui n'a pas la chance de pouvoir sauver ses préférences ailleurs que dans :devs/system-configuration
Pour éviter d'ouvrir l'écran Workbench trop tôt, avant IPrefs, il faut supprimer toutes les commandes echo qui écrivent dans la console. L'écran restera noir jusqu'à ce que le script ferme la première console par une commande endcli.
Une fois démarré, la première chose à faire est d'aller dans les préférences, pour mettre en place toutes les valeurs par défaut et les sauver.

On est bien à jour, ce n'est pas un mirage

Une jauge d'occupation du disque a réapparu ! (jauge que l'on peut enlever avec une option dans la pref Workbench)
Il y a beau avoir 200Mo de plein, ça ne se voit pas.
La commande info fonctionne enfin !
Bien maintenant je vais lire les docs et les forums pour voir comment mettre tout ceci sur mon vrai A2000...


Et si on a qu'une ROM kickstart 3.1...
Si on a un A2000, une ROM 3.1 et au moins 2Mo de mémoire (j'en ai 6 cela devrait suffire amplement) la disquette ModulesA2000_3.1.4.adf devrait nous étonner.
Déja on va la dupliquer en loadmodule314.adf
Puis sous shell on va préparer notre disquette à notre façon

install df0: check
No bootblock installed
install df0:
Il ne dit rien... mais il a installé le bloc d'amorçage.
install df0: check
Appears to be 2.0 FFS bootblock
La disquette est bien amorçable.
il ne manque plus qu'à éditer le fichier s/startup-sequence
on commence par créer le répertoire s
makedir df0:s
puis on édite le fichier startup-sequence sur la disquette
ed df0:s/startup-sequence
On tape
LoadModule AUTO
Puis on sauve Esc sa, et on sort Esc q
Reboot (ctrl + Amiga gauche + Amiga droit) avec la disquette... écran noir pendant quelques minutes... puis

Vous avez vu le copyright, ce n'est plus commodore 1985-1993 !
On éjecte la disquette.
Reboot (ctrl + Amiga gauche + Amiga droit) sans disquette.

C'est une mise à jour temporaire, tant que l'ordinateur reste allumé.
Vous remarquerez que ce n'est pas la boing ball, mais les deux oiseaux Amiga...


Très mauvaise idée...
Imaginons maintenant que l'on n'ait que le fichier ROM de départ et WINUAE... 68000, 2Mo Chip, 4Mo Fast et un fichier vide de 8Go.
Si on démarre sans rien, on va avoir le message:
Not a DOS disk in device DH0.
Ce n'est pas grave, il faut démarrer avec la disquette Install3_1_4.adf.
On formatte le disque... en FFS

et là bing! disk validator, not enough memory...

On est bloqué !
Et en cas de souci, diskdoctor prendra toute la RAM disponible pour ne rien pouvoir faire.
Il faut beaucoup plus de mémoire (environ 1Mo pour 1Go)
FFS n'est pas viable sur une petite machine.
J'ai refait l'essai de formattage avec 68020, 2Mo Chip, 128Mo Fast, et le formattage a pu aboutir.
Donc laissons FFS aux oubliettes, PFS3aio est LE système de fichiers Amiga de 2018.
Néanmoins, on peut créer de petites partitions FFS d'un ou 2 Giga, n'importe où sur le disque.

Ce qui est remarquable
Dans les Prefs/ScreenMode, on peut tester son écran... avec une jolie mire, histoire de pouvoir règler son écran afin d'avoir des pixels un peu carrés.

Lorsque l'on copie des répertoires avec le Workbench, celui-ci s'en tire mieux que ses prédécesseurs.
Le WB31 avait une fâcheuse tendance à perdre les pédales passé 20Mo de fichiers à copier, le 3.1.4 tourne rond, et sans consommer trop de mémoire.

Du bonus
Pour ceux qui ont payé une licence d'AmigaOS 3.1.4, Hyperion met à disposition deux paquets bonus, des fonds d'écrans et des icônes de Martin Merz (aka Mason).
AmigaOS-3.1.4-BonusWallpapers.lha
AmigaOS-3.1.4-IconPack.lha
Mais bon, moi les icônes et les fonds d'écran, ce n'est vraiment pas mon dada...

Conclusion
Même en mode dématérialisé, on s'amuse bien à installer ses vieux os...
Merci qui ? merci Hyperion !